Espace adhérents Matériaux EP Stockage ENRs&Grid Veille

Les batteries à sels fondus remises au goût du jour par le MIT

Le principe chimique des batteries sodium-sulfure ou sodium-chlorure de nickel est connu depuis la seconde guerre mondiale. Le modèle de base Na-NiCl2 a été conçu avec une membrane céramique fine, cassante et fragile qui l’a fortement handicapé pour son exploitation industrielle. Beaucoup d’industriels ont essayé d’améliorer son rendement, ses composants pour la rendre exploitable mais mis à part la variante créée par Zebra pour l’automobile, ce type de batterie est resté réservée aux militaires ou à des applications industrielles très spécifiques.

Des chercheurs du MIT ont trouvé une toute nouvelle approche de ce type de batterie en remplaçant la membrane céramique par un treillis en acier traité avec une solution de nitrure de titane. Leurs travaux, parus dans Nature Energy ouvrent la voie à de toutes nouvelles approches de ces batteries et à leur utilisation sur des réseaux électriques pour le stockage des énergies intermittentes notamment.

Cette nouvelle a fait beaucoup parler d’elle, voir quelques unes des sources ci-dessous :

Voir l’article « New Energy Storage Battery Technology Answers the Need for Li-Ion Replacement » sur powerelectronics.comVoir l’article « Stockage de l’énergie : une nouvelle approche des batteries à sels fondus » sur technique-ingenieur.frVoir l’article « MIT discovery resurrects potential of molten salt batteries for grid level power storage » sur newatlas.com

 

http://www.powerelectronics.com/alternative-energy/new-energy-storage-battery-technology-answers-need-li-ion-replacement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.