Le processus d’évaluation des laboratoires : kézako ?

Vie de MEDEE
Publication avril 2018

De nombreux industriels ne savent pas comment fonctionnent les laboratoires de recherche académiques ni comment ils sont évalués. Cela constitue pourtant une étape importante de leur vie qui gagne à être mieux comprise par tous afin de faciliter les contacts et la communication entre ces deux mondes si différents et pourtant convergents sur bien des points !

Comment et sur quels critères (publications ? contrats avec les industriels ? projets européens ? etc.) sont évalués les laboratoires ? Par qui sont-ils évalués ?

Mais avant toute chose… Qu’est-ce qu’un laboratoire de recherche ?

L’université doit transmettre et créer de la connaissance (VS le lycée doit la transmettre).

Un laboratoire de recherche est une structure donnant un cadre de travail aux chercheurs et enseignants chercheurs, Maîtres de Conférences ou Professeurs qui se regroupent autour d’une thématique de recherche. Un laboratoire peut être affilié à un établissement d’enseignement supérieur, notamment (et surtout) les Universités, une École d’Ingénieurs ou un organisme de recherche comme le CNRS, l’INRIA, etc. Bien souvent les Laboratoires dépendent de plusieurs tutelles les chercheurs et enseignants chercheurs qui le composent sont issus de plusieurs établissements d’enseignement supérieur.

Comment et par qui sont financés les laboratoires ?

Les sources de financement sont diverses et c’est un point primordial pour le fonctionnement du Laboratoire. Les salaires des chercheurs ou enseignants-chercheurs sont pris en charge par leurs tutelles ; sauf exception (ex : l’université Catholique de Lille), ce sont des fonctionnaires.

Outre le salaire et la mise à disposition de locaux, l’État, via les tutelles, couvre 15 à 20% des frais nécessaires au bon fonctionnement du laboratoire tels que les personnels techniques et administratifs, les équipements, les masters.

Pour les 80 à 85% restants, le laboratoire doit trouver des « projets » qui peuvent provenir de différentes sources :

  • L’Union Européenne et ses programmes de recherche offre beaucoup d’opportunités de financement mais, la compétition est rude,
  • L’Agence Nationale de la Recherche (ANR) lance régulièrement des appels à projets afin de financer des doctorants et des projets de recherche,
  • Les contrats directs avec les entreprises comme par exemple les contrats CIFRE qui permettent de financer le salaire du doctorant ainsi que les frais de fonctionnement inhérents à sa recherche,
  • Les régions mettent également à disposition des fonds pour la recherche (appels à projets),
  • Le Contrat de Plan État Région (CPER), l’ADEME, …

Évaluation des Laboratoires

L’évaluation des laboratoires est conduite par des pairs ; le processus est très structuré.

Par qui sont évalués les laboratoires ? Comment se passe une évaluation ?

Les laboratoires sont évalués tous les 5 ans par le Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (HCERES) qui est une autorité administrative indépendante qui orchestre l’évaluation des laboratoires en France.

Six mois avant une visite organisée par l’HCERES, le laboratoire envoie un rapport d’activités dans lequel un bilan est fait sur la période écoulée. Il présente également son projet scientifique pour les cinq années à venir à savoir les perspectives et la stratégie pour mener à bien ses recherches.

Le HCERES va nommer des pairs spécialistes (français et étrangers) dans le domaine d’activités du laboratoire qu’ils évalueront. Pour vous donner un ordre d’idée, un laboratoire de 150 personnes sera évalué par une dizaine d’évaluateurs.

Suivant la taille du Laboratoire la visite peut durer de 2 à 3 jours. Au cours de cette visite les équipements scientifiques sont présentés et des rencontres sont organisées avec les personnels et l’équipe de direction.

Qu’est-ce qui est évalué exactement ? Quels sont les critères principaux ? Nombre de thèses ? De publications ? De projets collaboratifs (dont européens) ? Le nombre de contrats passés avec des industriels est-il un indicateur ?

C’est le laboratoire (au travers de ses équipes) qui est évalué, pas les personnels qui le composent. Le laboratoire est évalué selon certains critères.

Le premier qui est de loin, le plus important est « Qualité et production scientifique ». Plusieurs indicateurs sont considérés mais le principal est le nombre d’articles publiés dans des revues de haut niveau classées A (revues internationales et à très fort facteur d’impact). Pour publier dans ce type de revues, le chercheur envoie son article qui est évalué par des pairs au niveau international qui acceptent (ou non) de le publier. Une fois publié, l’article se doit d’être cité (indice de citation). Chaque chercheur est caractérisé par son « H Index ». Par exemple, si un chercheur a un H index de 20, cela signifie qu’il a publié 20 articles qui ont été cités au moins 20 fois.

Le nombre de thèses, et donc de doctorants est également un indicateur important des laboratoires cela montre le côté attractif des thèmes de recherche. Dans le même ordre d’idées, l’un des moyens de financer des doctorants est de déposer des projets (ANR, européens, etc.). Le nombre de projets dans lequel le laboratoire est impliqué est donc également un facteur de réussite. Cependant, si le laboratoire dispose de beaucoup de doctorants qui ne publient pas ou très peu (ou qui ne sont pas cités), cela ne le valorisera pas.

Dans le domaine de la recherche, et particulièrement dans le génie électrique, la valorisation et le transfert constituent également des indicateurs. Des financements spécifiques peuvent être obtenus pour des projets d’envergure concernant des plates-formes. Par ailleurs, les contrats passés avec les industriels sont importants car, ils contribuent à financer les plateformes et les équipements qui sont essentiels au bon déroulement et à la qualité de la recherche. La propriété intellectuelle est souvent un point sensible car les intérêts ne convergent pas toujours. Caricaturalement, les industriels mettent la main au porte-monnaie et souhaitent donc garder la main sur la PI alors que les chercheurs veulent publier… Cependant, il est tout à fait possible de travailler ensemble car, pour un industriel, s’investir dans la R&D est aussi gage d’excellence vis-à-vis de ses clients, partenaires et concurrents.

Les autres critères évalués, dans le cadre de l’HCERES, sont « Rayonnement et attractivité académique » à savoir: les collaborations nationales et internationales, invitations dans des congrès ou des universités étrangères, nombre de professeurs étrangers invités dans le laboratoire. Ainsi que « Interactions avec l’environnement économique, social, culturel et sanitaire » (valorisation de la recherche), « Organisation et vie de l’unité », « Implication dans la formation par la recherche ».
À l’issue de la visite l’HCERES envoie son rapport sous la forme de recommandations. Ce document est rendu public.

Avec la précieuse contribution de plusieurs membres du Pôle MEDEE :
M. Guy Friedrich, Directeur du Laboratoire d’Électromécanique de Compiègne (LEC), M. Jean-Philippe Lecointe, Directeur du Laboratoire Systèmes Électrotechniques et Environnement (LSEE) et M. Francis Piriou, Laboratoire d’Électrotechnique et d’Électronique de Puissance de Lille (L2EP).

MEDEE Info#100, Avril 2018